Le compost

Le compostage

Vous habitez en maison individuelle ? Vous vous souciez de votre environnement ? Vous souhaitez vous impliquer dans la protection de la nature et des sols ? Pensez au compost…

On estime qu’environ 30 % de nos déchets de cuisine pourraient être compostés.

J'avoue que je ne suis pas du tout objectif...

Je suis très honnête et ce qui suit décrit des processus que je n'applique pas.
Voir à la fin de cet article

Pourquoi composter ?

  • Pour bénéficier d’un engrais de qualité pour la terre de votre jardin ou de votre potager.
  • Pour limiter la production d’ordures ménagères que vous devez faire enlever. Le transport des déchets, incinération et mise en décharge sont ainsi réduits, ce qui participe à la préservation de l’environnement, et diminue d’autant les coûts...

Qu’est-ce que le compost ?

 C’est un engrais fabriqué à partir d’un mélange fermenté de débris organiques et de matières minérales. Les déchets organiques se transforment en présence d’eau et d’oxygène. En quelques mois, des micro-organismes (champignons, bactéries…) transforment ces déchets en un produit comparable à de l’humus. C’est cet engrais qu’on appelle le compost. Il favorise le développement des plantes, leur résistance aux parasites, aux maladies et aux gelées.
Le compost peut être réalisé :

  • En tas pour ceux qui ont de la place. Toutefois, l’encombrement est relativement important, le tas peu esthétique et le compostage généralement plus lent.
  • Dans un composteur individuel, qui convient bien aux petits volumes. En bois, en plastique ou en métal, il contient les déchets à composter dans un volume réduit. Il nécessite cependant une certaine vigilance.

Que peut-on composter ?

De nombreux déchets peuvent être compostés :

  • Les déchets de jardin : fanes de légumes, feuilles mortes, gazon, branches broyées…
  • Les déchets de cuisine : épluchures de légumes, fruits et légumes abîmés, marc de café, coquilles d’œuf, sachets de thé...
  • Les déchets de maison : sciure, feuilles d’essuie tout, cendres de bois… mais en quantité limitée.

Les déchets "interdits" ou à éviter

Sauces, graisses, huiles, mégots de cigarette, matières synthétiques, métaux, papiers glacés ou imprimés (car les encres sont acides et peuvent s’accumuler dans le sol), plastiques, verre, coquilles de mollusques, restes de viande (risques d’odeurs) végétaux traités, branches non broyées (car trop longues à se décomposer), "mauvaises herbes" en graines (risque de germination).

Comment réussir son compost ?

La transformation des matières organiques se fait naturellement. Toutefois, pour produire du compost, il faut respecter certaines règles :

  • Mélanger les divers déchets organiques ; cela permet d’obtenir un bon rapport carbone/azote.
  • Aérer et brasser le mélange régulièrement.
  • Veiller à une bonne humidité : si votre compost est trop humide les micro-organismes sont asphyxiés ; s’il ne l’est pas assez, ils se dessèchent et le processus s’arrête.

La classification ci-dessous permet de bien réaliser son mélange. Il est important de mélanger les catégories opposées entre elles :

  • Les matières plutôt carbonées (en général celles qui sont dures, brunes et sèches telles que la paille, les feuilles mortes…) avec les matières azotées (en général elles sont molles, vertes, fraîches telles que les tontes de pelouse, les déjections animales, les épluchures…).
  • Les humides avec les secs.
  • Les déchets grossiers avec les fins.

Comment utiliser le compost ?

Lorsque les déchets se sont transformés en une terre grumeleuse, friable, brun foncé (au bout de 8 à 12 mois en moyenne) et avec une bonne odeur de litière forestière, le compost est prêt. Il peut être utilisé toute l’année. Pour obtenir un terreau équivalent à celui du commerce, il faut mélanger 1/3 de compost avec 2/3 de terre.

Les nuisances et leurs remèdes

  • Des insectes, des rongeurs ? Pour éviter ces indésirables attirés par certains déchets, recouvrez ces derniers de matières sèches, incorporez-les dans le tas de compost. Quant aux rongeurs, ce sont le plus souvent des musaraignes… Ce n’est pas gênant.
  • Des moisissures, des odeurs nauséabondes ? Cela signifie que votre compost « étouffe ». Aérez-le en le mélangeant et en le retournant.
  • Des odeurs de purin ou d’ammoniaque ? Le compost est trop riche en matières azotées et humides. Rajoutez des matières carbonées (feuilles mortes, paille, petites branches…).
  • Des filaments blanchâtres dans le composteur ? Il s’agit de champignons. Ils signalent que le compost est trop riche en matières carbonées, dures et très sèches. Rajoutez des matières vertes ou un peu d’eau.

Où se procurer un composteur ?

Ces équipements sont vendus principalement dans les jardineries et les grandes surfaces.
Choisissez de préférence la marque NF Environnement « composteurs individuels » qui vous apporte des garanties sur la qualité du matériel.

Les communauté de communes (CC) proposent parfois des composteurs à bas prix, ce qui a été ma situation.


Moi personnellement...

Je suis honnête... Tout ce que vous avez ci-dessus ne sont que des choses que j'ai trouvées sur internet.
Mais que je n'applique pas du tout à moi-même...

J'ai un composteur qui m'a été vendu - à bas prix - par ma communauté de communes et donc certes.
Mais j'avoue que je ne m'en sert jamais ou très rarement.
Il est installé à proximité de mon logis, pas trop loin mais pas trop près tout de même => sinon cela ne sens pas très bon, et cela attire plein de bestioles.

J'ai testé la notion de "mini-composteur"

Un mini-bac provisoire, pour la récupération des épluchures de légumes etc. Mais cela sent, et il faut placer le bac à l'extérieur sinon cela moisit et l'odeur est épouvantable.

Bref...

J'ai laissé tomber, d'autant plus que le résultat du compost ? Ben je ne sais pas trop quoi en faire...
C'est un peu "dégueu", ça "pue", ça "fume" et ce n'est pas très "ragoûtant".
Mon composteur ne me sert pas à grand chose, tout simplement parce que je ne sais pas le gérer.
Et puis surtout, je n'ai pas vraiment envie, et cela m'ennuie.

Comme cela, c'est dit...


Aller à l'article suivant...

Type d'article :